Histoire et patrimoine

Un ancien monastère en ce lieu serait à l'origine du nom de la commune. La population venue habiter ses ruines aurait baptiser l'endroit "Mortes Maisons", puis par abréviation Mormaison.

Un peu d'histoire...

Sur le site d'un ancien monastère
Sous la Révolution, le territoire de Mormaison, et surtout celui des Landes du Bois-Jarry, sont le théâtre de nombreux combats. Le curé de la paroisse, M. Bommier, prêtre-jureur, devient président du District de Montaigu. Contraint à vivre dans la clandestinité face à l'hostilité de ses administrés, il se suicide dans un champ du village de la Martinière où il est enterré.


 

Chapelle de la Salette

 

ASSOCIATION MORSON avril 2011
MORMAISON

LA VIE DE LA CHAPELLE DEPUIS SA CONSTRUCTION A NOS JOURS

Les propos qui suivent ont été rassemblés à partir des différents écrits , recueillis en feuilletant les archives paroissiales . Il est regrettable que ces comptes rendu ne portent pas les détails des réparations,il s'agit donc des principales étapes d'interventions qui ont permis à ce lieu d'exister jusqu'à maintenant. Ce qu'il faut également reconnaître c'est que la paroisse a toujours été à l'origine de l'entretien. Malheureusement les écrits s'arrêtent en 1968. Mais un bulletin communal de 1981 relate un appel au bénévolat par l'intermédiaire de L'association d'éducation populaire (AEP) école route de Rocheservière.

Le 23 juin 1852 monsieur Edouard Rouillé est nommé curé de Mormaison . IL marque l'histoire de la paroisse par divers faits importants. Au mois de mai 1854 : afin d'augmenter dans la paroisse la dévotion à la sainte vierge , monsieur le curé fit dresser un tertre sur le bord de l'étang, et d'y installer dessus un groupe représentant l'apparition la sainte Vierge à la salette . Ce groupe transporté solennellement par les enfants de marie au mois de mai 1854. Il y avait une grande affluence à cette cérémonie .

L'emplacement de ce tertre avait été cédé par monsieur Boux de casson, qui fit une cession gratuite, et voulut encore couvrir une partie des dépenses. Le groupe aurait aussi été donné par une personne généreuse. « page 14 »

Le tertre sur lequel avait été élevé la statue de Notre Dame de la Salette était devenu un lieu de pèlerinage non seulement pour les paroissiens , mais aussi pour tous les environs. On y venait de fort loin faire des neuvaines. Alors pour favoriser de plus en plus cette dévotion ; le curé rouillé songea à faire construire une chapelle à la place du groupe, ou on pourrait y dire la messe. Des dons furent faits pour aider Monsieur le curé dans cette construction ; mais la plus grande charge lui incomba

.
La bénédiction de cette chapelle fut faite le 2 juillet 1855 par monsieur l'abbé du Tressay, curé de Chantonnay né dans cette paroisse. Plusieurs prêtres et un grand nombre de fidèles assistaient à cette cérémonie . « page 16

Commentaires:

a) c'est en 1846 que cette apparition de la vierge à Maximin Giraud 10 ans, et Mélanie Calvat 14ans , gardant leur troupeau sur la montagne, sur la commune de la Salette , dans les Alpes , « département de l'Isère »

B) La commune de Mormaison , comme ailleurs sans doute , possédait beaucoup de seigneuries .à cette époque l'Epiardière en faisait partie, la famille du Tressay y est présente de 1780 à 1878 environ, Alexandre Aimé Hyacinthe du Tressay né en 1783 fut un homme très actif dans les soulèvements royalistes de 1796 à 1815. Il est Maire de la commune de 1816 à 1827 Il épousa Sophie Richard de la Roulière et eurent 2 enfants: Georges ,qui devient l'Abbé du Tressay et bénit cette chapelle en 1855. Telcide , mariée à Narcisse Boux de casson tous deux copropriétaires de l' Epiardiaire.

La parcelle pour construire la chapelle est donnée par Telcide et Narcisse Boux de Casson, à la paroisse ou à la fabrique. Elle est donc propriété de la paroisse .Pourtant nous verrons plus loin que cette chapelle change plusieurs fois de propriétaire, mais pour la bonne cause sans aucun doute.

1887--- 27 ans après sa construction

Monsieur le curé Isle de Beauchaine prend la cure de Mormaison, son premier soin fut de faire restaurer la chapelle Notre Dame de la Salette , qui était fort détériorée. La dévotion des paroissiens étant d'une grande ferveur que leur générosité avait procuré une somme assez notable et suffisante , qu'il fut permis de la restaurer. Le 19 septembre de cette même année une messe y est célébrée, cela après une neuvaine de prières préparatoires . L'Abbé Isle de Beauchaine mourut en 1890.

1887 / 1927 que s'est-il passé entre ces 2 dates

Les recherches n'ont pas permis de savoir si la chapelle est restée dans le giron paroissial. Les évènements de 1904, les lois d'Emile Loubet en 1905 instaurant la séparation des biens entre le Clergé et l' Etat sont-ils déclencheurs d'une cession à des privés ?A cette époque tout ce qui tourne autour de la chapelle c' est la propriété de l' Epiardière

La demeure de l' Epiardière est passée en 1878 de la famille Boux de Casson à la communauté des soeurs , les signataires sont présentes avec leur Noms d'état civil , exemple Célestine Lesimple, devenue supérieure générale de la congrégation de 1887 à 1894.La même
demeure est rétrocédée en 1904 aux soeurs de Goué Mlles Mathilde et Zoé , elles sont présentes dans la restauration de la chapelle que nous retrouverons plus loin .La encore les lois de 1905 ont-elles influencées le passage de la chapelle aux soeurs de Goué, la supposition est quasi certaine , mais elle n'est citée nulle part jusqu'en 1927.

1920 autre étape de restauration!

Un an après l' arrivée de monsieur le curé Malet qui a pris ses fonctions en 1919, pour les exercer pendant 39 ans , c'est à dire jusqu'en 1958. Bon nombre de Mormaisonnais s' en souviennent--. Dans le registre il est écrit ceci : depuis plusieurs années la chapelle de la Salette tombait en ruine .la réparation fut confiée aux soins de Mr Brivet entrepreneur à Mouilleron en Pareds. Mais pas de détail des travaux , la chapelle a été rendu au culte et à la dévotion des fidèles le dimanche 15 août 1920 fête de l'assomption et fête de la paroisse ; un grand nombre de familles se sont signalées par leur générosité pour cette réparation.

1926

Le 30 avril de cette même année 12 bancs en chêne ont été placés à la chapelle de la Salette .Ils sont fait par monsieur Camoisson de Rocheservière. Le bois est donné par Mr le Maignan de l'Ecorce et par Mr Arthur du Chatelier; Il est dit : la main d'oeuvre a coûté mille deux cent francs « de l'époque » et mille francs ont été fournis par mathilde de Goué de l'Epiardière

Le 25 septembre 1926 toujours, Mlle zoé de Goué n'est pas en reste ; elle fait placer un barrage pour séparer l'enclos de la chapelle de la route départementale , il est également réalisé par Mr Camoisson. Cette clôture a connu bien des changements , une clôture en barre de béton avec un tourniquet au milieu dans les années 1950 et maintenant c'est ou c'était en bois adapté à l'environnement tout ceci est en plein changement.


1927 / 1972 La chapelle change de propriétaire

en 1927 mathilde et zoé de Goué vendent à la famille du Chatelier le pré de l'étang qui représente aujourd'hui l'école St Louis et son environnement, la chapelle n'est pas cité. Mais en 1972 lors de la rétrocession de la famille du Chatelier à l'A.E.P'(association d'éducation populaire) ou aujourd'hui O.G.E.C. il est fait état d'un ensemble de batiments à usage d'école , d'une maison d'habitation avec cour et jardin, d'une parcelle en nature de prairie , maintenant bien différente! et aussi d'une parcelle de terre inculte sur laquelle existe une petite chapelle d'une contenance de trois ares vingt cinq centiares

en 1968 sous l'ère du curé Loiseau, c'est la dernière intervention relevée sur le registre de la maison paroissiale .En novembre deux vitraux sont mis en place à la chapelle(les deux latéraux ) Ils rajeunissent un peu ce monument, qui mériterait des réparations plus importantes. Le travail a été effectué par Mr Roger Degas maître verrier à mortagne sur sèvre, le coût avec le travail du plâtrier s'élève à 350+86 soit 436 francs pas d'autre info

1981 Il faut se référer à la page du bulletin municipal de janvier et l'appel au bénévolat par l'intermédiaire de l'O.G.E.C. c'est la restauration qui à précédé celle de 2010, le plafond plâtre remplacé par un plafond lambris , la toiture révisée peut être, le dallage des marches extérieures aménagé . L'autel aurait reçu quelques réparations , faites bénévolement par Mr Pierre Pogu menuisier cher les soeurs

1983 Toujours par le bulletin du 12 avril 1983 ces travaux sont confirmés .Une cérémonie d'ouverture au public a eu lieu le 27 février 1983 en présence de Mr le curé Tenailleau, et du docteur Maurice Levron Maire de Mormaison ,de 1971 à Mars 1983

L'existence de cet édifice était un peu laissé pour compte , sa survie est le résultat de divers facteurs .le premier provient du diocèse qui en négociant la reprise des biens englobant l'ensemble école privée , la maison attenante et les terrains, la chapelle fait partie du lot. c'est une association dénommée Alouette qui pour le compte du diocèse en devient propriétaire.

La chapelle est dégradée de l'intérieur et de l'extérieur, la paroisse représentée par Mr le curé Alphonse Limouzin ne la juge utile et ne peut par surcroît faire les réparations nécessaires . L'association Morson s'intéresse à la conservation de ce patrimoine .Mais en faisant évaluer les travaux minimums de survie ils sont déjà très lourds, hors de portée de l'association.

2007

Cet édifice avec plus de 155 ans d'age, a survécu par des entretiens trentenaires , et quelque soit les changements de propriétaires . La paroisse enregistrait ces travaux , voir les initiait, elle faisait appel à la générosité des paroissiens, c'est ainsi qu' elle a tenu jusqu'a ce jour malgré le laisser aller des dernières décennies.

L'acquisition par la commune de ce monument est une démarche patrimoniale ; suivit d'une restauration conséquente. Elle fait appel à la générosité de tout citoyen par une souscription auprès des particuliers ou des entreprises ,mis en place avec la fondation du patrimoine délégation de Vendée. C'est un résultat positif , cinquante à soixante donateurs pour un montant de 8000 euros environ ont contribués à cette remise en valeur. Cela montre bien qu'il fallait la restaurer.

Bravo au conseil municipal et à son Maire Hubert Delhommeau d'avoir entrepris et réalisés ces travaux ,Mormaison sera fier de sa chapelle .

Nos ancêtres l'ont construit pour pratiquer leur foi,! nos générations perpétuent cette foi, avec un esprit plus matériel qu'on appelle conservation du patrimoine ---


pour l'association Morson


AUGUSTE RENAUD

 
 

Après les derniers travaux, la réouverture officielle a eu lieu le 14 octobre 2011.

La chapelle est ouverte tous les jours de 9h à 19h.